Mood/lifestyle·Tendances

Célibataire à 30 ans? And so what?

J’ai 31 ans, bientôt 32, et j’ai les fesses entre deux chaises: je me sens un peu vieille et jeune à la fois.

Jeune parce que dans ma tête, quelque part, je suis restée bloquée à 27- 28 ans, j’ai du mal à réaliser que j’ai 30 ans tout juste passés (je ne pense pas être la seule dans ce cas ?!)

Je sors, je pars en weekend, j’ai une vie sociale plutôt cool. Je fais ce que je veux et n’ai de compte à rendre à personne.

Un peu vieille parce qu’à mon age beaucoup sont en couple, ont (déjà?) des enfants, une vie rangée avec les responsabilités qui vont avec… 

Et puis il y a l’entourage, ces gens qui vous aime, et qui ne veulent ( en théorie ) que votre bien : amis, famille, collègues. Ils me rappellent que j’avance dans l’âge ( quoi je ne vais pas rester jeune éternellement ??) et que je serais même peut être un peu en retard.. « Ben alors Dodo, comment ça se fait que t’es toujours célibataire? » Comme si j’avais la réponse à cette question… 

En fait j’ai remarqué qu’à 30 ans passés, si tu n’as pas de chéri, et pas d’enfant(s), ben t’as pas de vie quoi …

Non mais c’est quoi cette mentalité ??

célibataire à 30 ans

Je suis célibataire, je vis avec mon chien ( amour de ma vie ), j’ai mon travail, mon appart, mes amis, je paye mes factures comme une grande, et ça me va bien comme ça.

Mais… Oui il y a un mais… C’est qu’au bout d’un moment tu commences toi même à te dire que oui, il serait peut être temps de te poser et de songer à fonder ta petite famille. 

Ok mais avec qui ?? C’est pas si simple! 

Arrivée à trente ans, on attend beaucoup de toi, je crois qu’on appelle ça la « pression sociale  » ou ce fameux moule dans lequel tu dois rentrer pour être dans la « norme »: il faut que tu aies un job, mais pas seulement, tu dois avoir un bon job qui paye bien, vivre avec ton chéri qui lui aussi doit avoir une bonne situation. Si vous ne l’êtes pas déjà, il est grand temps de penser à devenir propriétaire (parce que la location ça va bien un temps), et avoir à minima un bébé en route. Ah oui et il va falloir aussi changer de voiture pour un monospace (le summum du cliché).. Terminée l’insouciance, il faut passer aux choses sérieuses !

Voilà en résumé si tu n’as pas tout ça, tu es grave à la bourre… Mais qu’est ce que tu fais bordel ???

Pourtant je me souviens qu’à 20 ans, j’avais ce plan dans la tête : « à 30 ans, je serai mariée ou au moins en couple et j’aurai des enfants. » Trente ans c’est un peu comme la « deadline« . En fait à vingt ans tu te dis qu’après trente ans tu seras vieux. 

Et pourtant, aujourd’hui j’ai 31 ans, je suis jeune et je ne suis pas encore prête. Non pas que je veuille fuir des responsabilités, j’en assume déjà beaucoup au quotidien. Mais je ne suis pas prête pour la vie à deux et pour ce que représente la maternité. Pour le moment je ne veux pas de cette vie où tu arrêtes de penser à toi, où tu dois penser aux autres en premier quoi que tu fasses. Quand je parle des « autres », je fais référence au chéri, aux enfants, la petite famille quoi.

Cela peut paraître égoïste pour certains, peu importe je me sens tellement loin de tout « ça »… J’ai envie de vivre pour moi, de me trouver, et de savoir qui je suis vraiment. Qui je suis moi, et moi, seule.

Il y a quelques temps une personne très importante pour moi m’a dit, « mais tu n’as rencontré personne ? Personne ne veut de toi? Attention tu vas finir vieille fille « … Comme si finalement je devais accepter la première personne qui se présentait à moi. Mais au secours! Comment peut on encore entendre des choses pareils ? A mon oreille, ça voulait presque dire, vite vite il faut vite te caser avec n’importe qui et faire n’importe quoi!

Le problème aujourd’hui (et de tous les temps d’ailleurs), c’est qu’on te met dans la tête qu’à 30 ans, tu n’as plus le temps d’être exigeante, tu n’as plus le temps de prendre ton temps. « Attention à ton horloge biologique ma vieille ! »

La réalité est que je veux rencontrer quelqu’un qui me corresponde vraiment. Je ne veux pas accepter le premier qui voudra bien de moi sous prétexte qu’il est GRAND temps de se mettre en couple et parce que peut-être cette occasion ne représentera pas. Non, la vie réserve bien des surprises, il faut parfois être patient. Pourquoi vouloir forcer les choses à tout prix? En fait, je ne veux pas être en couple, juste pour être en couple. C’est la meilleure façon d’être malheureuse, et de se perdre.

Je me suis séparée il y a environ deux ans, après quelques années de vie commune, soit un an avant la « deadline »… Alors oui je me suis posée plein de questions quand je suis partie parce que je n’avais jamais habité seule. Je ne savais pas ce que c’était. Je me suis dit aussi mais « pourquoi j’ai pas eu d’enfant? C’était peut-être le moment. » Aujourd’hui quand je regarde en arrière, j’ai envie de me mettre des claques, parce que non, oh que non ça n’était pas le moment! Le moment n’est pas une question d’âge, mais une question d’être en accord avec soi.

A 31 ans je suis célibataire, je vis seule et j’aime ça. Ça m’a permis de prendre du recul et de savoir ce que je veux, et surtout ce que je ne veux pas/plus. Je ne dis pas que ça a été facile et que je me suis sentie bien dans mes baskets dès le début. Cela a été un vrai apprentissage.

Maintenant plus j’avance, et plus je ne me sens pas prête. Je ne veux pas rentrer dans ce « moule », pas maintenant. Peut-être le serais-je tout simplement quand j’aurais rencontré ma moitié?

En attendant, pas de pression et prenez le temps de vivre pour vous. 

13 réflexions au sujet de « Célibataire à 30 ans? And so what? »

  1. J’arrive pas à voir en quoi c’est égoïste ou puéril que d’attendre, pas se forcer, plutôt que se mettre une pression de dingue pour faire plaisir… aux autres 😮 Tu as bien raison de vivre ta vie comme tu l’entends ❤
    26 ans, en couple depuis presque 10 ans, mais pas de projet pro encore abouti, je suis à des années lumière d'être proprio et je ne veux pas d'enfant. une vraie ratée aux yeux de bien de gen.te.s . Et pourtant, qu'est-ce que je suis heureuse…

    belle journée 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Je me reconnais dans ton article car à bientôt 29 ans je suis loin d’avoir tout ce que la société reconnaît comme des facteurs de réussite -couple mis à part- (permis B, appartement ou maison à soi, mariage, enfants, travail fixe rémunérant correctement…). Mais en fait je m’en fiche, car j’ai une liberté incroyable qu’envient peut-être ceux qui dès leurs 20 ans se sont mis à passer ces étapes comme si leur bonheur en dépendait. Je crois que c’est une erreur, on peut être heureux à tout âge, dans n’importe quel contexte, du moment qu’on est content de son parcours, de soi-même, de ce que l’on fait. Et comme ça semble être ton cas, je te confirme qu’il n’y a aucune urgence à rentrer dans quelque moule que ce soit, et j’aurais même tendance à dire qu’il y aurait peut-être urgence à inculquer aux ados que ce n’est pas un eldorado, loin de là 😉

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai 21 ans, je vais sur mes 22 cette année mais je pense très bien comprendre ton ressenti. J’adore ton article, j’ai particulièrement aimé la fin, où tu dis que que tu as pris du recul et que tu savais ce que tu voulais, et surtout ce que tu ne voulais plus. Très poétique d’ailleurs ^^
    Le principal, ce n’est pas d’avoir quelqu’un avec qui partager sa vie, avoir des enfants, être bien payée mais bien d’être heureux de ce qu’on a. Et si on ne l’est pas, c’est clair qu’on va pas aller se caser avec le premier venu sous prétexte que ça pourrait aller mieux 🙂
    De très bonnes réflexions, plus de personnes devraient penser comme ça et arrêter de critiquer !

    Aimé par 1 personne

    1. Salut Victorine, je suis contente que mon article t’ait plu! Comme tu dis le principal est d’être heureux avec ce qu’on a, j’ajouterais même être heureux de ce qu’on est et apprendre à s’aimer, chose qui n’est pas toujours aisée :-).
      Belle soirée à toi!
      Bises

      J'aime

  4. Ça m’énerve les clichés ! Je vois pas où est le problème, chacun vit comme il veut, comme il en a envie. Je suis d’accord le principal c’est d’être heureux !
    Bon en même temps mes parents se sont rencontré à 33 ou 34 ans donc :p

    Aimé par 1 personne

  5. Merci pour cet article qui fait sens pour moi aussi….! Pourtant à 30 ans, je vis à l’étranger ( Singapour) j’ai fuit le monde parisien, et le monde de la pression environnante ! J’ai une vie super mais aujourd’hui ce n’est plus ce qui compte – on s’inquiète de mon célibat alors que tout le monde se marie, fait des bébés. J’y pense et puis j’oublie mais malgré tout ça me rattrape au point de me faire des coups de blues! Alors que ma vie est quand même vachement chouette…! Cette pression rattrape toujours…! cette impression d’être en retard…!

    J'aime

Répondre à mademoiselleandthecity Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s